Dans nos yeux, c’est l’eau qui rêve

Dans nos yeux, c’est l’eau qui rêve

Chloé Minssieux & Gérald Bortoluzzi

Vernissage le Vendredi 28 Février à partir de 18h
Du 28 février au 14 Mars 2014

Éprouver le vertige de la chute, l’instant où le corps se laisse complètement aller vers un voyage dont il ne peut pas prévoir la nature, le déroulement, ni la fin. Un état d’abandon complet, une extrême fragilité, une sensation étrange qui ne participe d’aucun regret ni nostalgie. Un temps travaillé, feuilleté, qui met parfois, l’écho avant la voix. Un instant des simultanéités qui bouleverse la linéarité du temps, et fait sourdre dans l’épaisseur, le murmure des fantômes. Inspiration, expiration, une pulsation qui rend les frontières poreuses, les réminiscences palpables, ouvre une constellation entre autrefois et maintenant. Moment du passage, de l’entre-deux. La vulnérabilité du papier à cigarette, de la nudité, de la danse, de la projection. Le jeu des reflets, l’errance du songe.

« Rares sont les nuits où j’ai le courage d’aller jusqu’au fond, jusqu’au douzième coup, jusqu’à la douzième blessure, jusqu’au douzième souvenir…Alors je reviens au temps plat ; j’enchaîne, je me réenchaîne, je retourne auprès des vivants, dans la vie. Pour vivre, il faut toujours trahir des fantômes. »

Gaston Bachelard, L’intuition de l’instant, Paris, Stock, 1992 (1932), p.107

aDSC_0005 aDSC_1153 copie aDSC_1276 copie

Instants suspendus.

Il y aurait peut-être deux univers parallèles, en résonance possible, en «é-mouvances» potentielles (?) , formant vagues ou ondes qui se croiseraient dans trois espaces très différents propices au rêve .
Il s’agirait de suggérer des instants bizarrement suspendus, des histoires de cueillettes et leur déploiement en duo à travers des formes variées et parfois voisines dans leur approche de la temporalité
par l’installation, la vidéo, la photo, la sculpture …

Des espaces mythologiques à confondre et parcourir.
Il y aurait une Ophélie et d’étranges Infantes, «Un homme qui dort» … (celui qui figurerait sur l’ affiche et le carton de l’exposition dessinés par Chloé).
Il y aurait des «remous» d’apparitions-disparitions furtives
un peu partout,
comme insaisissables.
L’eau dans certains espaces,
«déclinée» en vidéo, en reflet, et surface de projection fragile..
nous inviterait peut- être à une croisière …
Au bord du vide.

Ou alors, au bord de l’ Abîme
(dans lequel J.C. ,après sa descente aux Limbes, etc,
aurait jeté les clés de la porte des Enfers,dit-on …)
Là où les démons ridiculisés s’agitent toujours visiblement ….

De la vision au Sommeil…
Ne dit-on pas curieusement que l’on y plonge et tombe,
ou sombre ?
Comme imperceptiblement ?
(dans l’esprit et la forme d’ une « belle mort » peut-être?) .

S’ abandonner aux figures
et aux mouvements
fantomatiques,
À « la vie dans les plis »,
…Y plonger la tête !
à plusieurs reprises en s’endormant sur une chaise,
ou en relisant plusieurs fois la même
phrase sans plus la comprendre
et s’y perdre.

Celles-là, parmi d’autres :

«Dès que tu fermes les yeux, l’aventure du sommeil commence.»

« (…) l’apparition d’un geste, d’un mouvement, d’une silhouette, ébauche de signe vide que tu laisses grandir, hasard qui se précise : un oeil qui te fixe, un homme qui dort, un remous, (…) »

« Tu n’es plus qu’un grain de sable, homoncule recroquevillé, petite chose inconsistante,, sans muscles, sans os, sans jambes, sans bras, sans cou, pieds et mains confondus, lèvres immenses qui t’avalent. » * G. Perec (Un homme qui dort)

G.B.

aDSC_1283 copie aDSC_1281 copie   aDSC_1193 copieDSC_1237 copie aDSC_0009

aDSC_1223 copieaDSC_1260 copie aDSC_1324 copie aDSC_1293 copie aDSC_1310 copie

photos : Pierre-Louis Besson

fly-bortoluzzi-minssieux-we

https://www.facebook.com/LesLimbes
https://twitter.com/LesLimbes

UJM-LOGO     IRAM logo Les Limbes LOGO-SAINTE-VILLE

+

– APÉRO ART –

APERO ARTWEB

https://www.facebook.com/events/1474941406050611

%d blogueurs aiment cette page :